Zoom et voyage autour de la réflexologie

Egypte / Inde/ Chine/ Etats-unis /Royaume-Uni/ France…

Le premier berceau de la réflexologie se trouve sans doute en Egypte ancienne. On a retrouvé à l’intérieur de la tombe d’Ankmahor, un célèbre médecin, un bas-relief vieux de plus de 2500 ans avant J.C, représentant plusieurs thérapeutes traitant simultanément les mains et les pieds de leurs patients.

 

Au bas de celui-ci, on peut noter une inscription hiéroglyphique avec la phrase d’un patient « ne me faites pas mal », prouvant qu’il s’agissait bien là d’un acte médical.

La médecine traditionnelle ayurvédique prenait en compte l’énergie globale de la personne et la possibilité de la soulager grâce au massage précis de certaines zones du corps. Cette discipline thérapeutique vieille de plus de cinq mille ans sera colportée ensuite en Chine par les moines bouddhistes et ira jusqu’au Japon, puis dans la plupart des pays asiatiques.

En Inde, la réflexologie plantaire avec le bol tibétain ( kansu) était une pratique faisant partie du quotidien de la population indienne.

Résultat de recherche d'images pour
 

En Chine, bien avant l’arrivée de ces moines, les médecins acupuncteurs avaient l’habitude d’appliquer de très fortes pressions du pouce sur des endroits bien précis de la plante des pieds pour libérer et réguler les ux énergétiques du corps. En effet, l’école chinoise (la plus ancienne) basée sur les principes de médecine traditionnelle

chinoise est assez invasive, les pressions exercées sont très fortes, le praticien utilise des petits outils en bois pour pénétrer profondément les tissus. La réflexologie est l’appellation moderne d’une très ancienne pratique manuelle liée à la digitopuncture et à l’acupuncture, issue de la tradition ancestrale chinoise.

En Chine, l’idéogramme «pied» signifie littéralement « partie du corps qui sauvegarde la santé ».

Résultat de recherche d'images pour

On pense également que les premiers Amérindiens utilisaient des techniques de soins similaires à base de massage plantaire.

La réflexologie dite « moderne » ou « occidentale » trouve son fondement dans la « Thérapie des zones » publiée en 1915 par le Dr William Fitzgerald. Il dé nit une méthode de soins entièrement nouvelle, utilisant des pressions sur des points précis des mains, des pieds et d’autres parties du corps. ( thérapies localisées).

Image associée

 
 

Dans les années 30, Eunice Ingham, élève de Joe Riley, va affiner la thérapie localisée et donner à la réflexologie sa forme actuelle.

Elle écrit un premier livre en 1938, «Stories the feet can tell» qui sera suivi en 1945 de l’ouvrage «Stories the feet have told» et créa la première école en ré exologie.

Ces ouvrages de référence constituent la base de la ré exologie moderne. Très vite elle parvient à établir une carte complète des zones ré exes du corps et acquière une grande notoriété aux Etats-Unis.

En 1966, Doreen Bayly, qui a suivi l’enseignement d’Eunice Ingham, rentre en Grande- Bretagne où elle formera un grand nombre des premiers ré exologues européens.

Il existe une troisième voie, la méthode sud-africaine, beaucoup plus orientée vers la dimension émotionnelle. Faite d’ef eurements, de pressions très douces, elle permettrait une libération émotionnelle intense.

La réflexologie plantaire est la plus connue du grand public. Il existe aussi la réflexologie palmaire, la réflexologie faciale et crânienne (le Dien Chan), la sympaticothérapie (stimulation de zones réflexes dans le nez, à l’aide de stylets) et l’auriculothérapie.

Faciale :

Le Dien Chan est une technique multiréflexologique vietnamienne créée dans les années 70 par le professeur Bùi Quôc Châu. Elle consiste en la stimulation, sans aiguilles, des zones et points réflexes du visage pour mobiliser les processus naturels d’autorégulation à l’aide d’outils, détecteur, roulettes, marteaux…

 

GLEM ( groupe lyonnais d’études médicales)

Il a été créé en 1965 par le docteur Paul Nogier (1908-1996), médecin lyonnais connu pour sa vie consacrée à la découverte et au développement de l’auriculothérapie, puis de ce qu’il appela « auriculomédecine »

Résultat de recherche d'images pour